lallemand


accueil albums essais histoire récits romans voyageurs où trouver bon de commande presse C.I.





HISTOIRE


africains I
    AFRICAINS I.
    LES INTELLECTUELS CARTHAGINOIS
    AUTEUR : PAUL MONCEAUX
    PRÉSENTATION, INDEX ET BIBLIOGRAPHIE LEILA LADJIMI SEBAÏ

    parution : 1e trimestre 2009
    format : 15/21 - 168 p. illustré
    ISBN : 978-9973-704-09-2
    prix de vente : 19 -
    1ère réédition


D’après Les Africains (publié en 1894), l’oeuvre de Monceaux retraçantl’époque romaine païenne qui fut le dernier grand relais de la littérature latine, et a eu, entre autres belles vocations, l'apprentissage puis la maîtrise du latin. Au moment où les lettres à Rome donnent très nettement des signes d'épuisement, que les oeuvres des auteurs africains se répandent dans le monde et brillent d'un éclat particulier.

Leïla Ladjimi Sebaï, archéologue, historienne et directeur de recherches à l’Institut National du Patrimoine, spécialiste d’épigraphie latine, a surtout travaillé sur la « femme en Afrique à l’époque romaine » ainsi que sur Carthage, et notamment l’histoire de la « Colline de Byrsa » à laquelle elle a consacré une importante étude parue en 2005. Auteur de nombreux ouvrages et d’articles publiés dans différentes revues scientifiques, françaises et internationales.

voir Tome II.


africains II
    AFRICAINS II.
    LES AUTEURS LATINS D'AFRIQUE
    LES PAÏENS
    AUTEUR : PAUL MONCEAUX
    PRÉSENTATION ET BIBLIOGRAPHIE LEILA LADJIMI SEBAÏ.

    parution : octobre 2011
    format : 15/21 - 296 p. illustré
    ISBN : 978-9973-704-22-1
    prix de vente : 23 -

Après Africains I, Les intellectuels carthaginois qui nous faisait découvrir ce pôle intellectuel qu’était la Carthage romaine à l’époque païenne, un des centres littéraires et artistiques parmi les plus brillants de l’antiquité, ce second tome est consacré aux nombreux auteurs.
Tous ces auteurs étudiés magistralement par Paul Monceaux sont évidemment des Africains de souche, des hommes dont l’oeuvre littéraire, spirituelle ou philosophique a largement dépassé les frontières et transgressé le temps. Ils ont contribué à la grandeur de ce célèbre pôle intellectuel qu’était la Carthage romaine considérée comme l’un des centres littéraires et artistiques parmi les plus brillants de l’antiquité, et contribué également à construire ce qu’on appelle communément « le génie africain ».
Autant de raisons qui pourraient amplement justifier la première réédition d’un ouvrage publié en 1894, et donc aujourd’hui difficilement accessible au plus grand nombre, réédition qui servirait assurément l’histoire de la littérature latine, et celle de l’Afrique romaine.

Historienne de formation, Leïla Ladjimi Sebaï est archéologue et Directeur de recherches à l'Institut National du Patrimoine (INP). Spécialiste d'épigraphie latine, elle a consacré sa carrière scientifique à l'étude de la femme en Afrique à l'époque romaine, et à l'histoire de Carthage, thèmes qui firent l'objet de nombreuses publications. On lui doit plusieurs travaux sur les sites de Segermes et de Agger en Tunisie.
Son ouvrage La colline de Byrsa à Carthage à travers la documentation épigraphique (2005) a obtenu le Prix Serge Lancel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France).
Commissaire général de l’exposition Le jeune homme de Byrsa à Carthage, au Musée National de Carthage (oct. 2010).



histoire medecine    HISTOIRE DE LA MÉDECINE ARABE EN TUNISIE
    AUTEUR : AHMED BEN MILED
  
     parution :

    format : 15/21 -
    ISBN :
    prix de vente :

    à paraître






cervantes1605-2005 : 400e ANNIVERSAIRE DE LA PARUTION DU DON QUICHOTTE

    CERVANTÈS, SOLDAT À LA GOULETTE, CAPTIF À ALGER
    PRÉSENTÉ PAR MIKA BEN MILED
    petite collection populaire

    parution : décembre 2005
    format : 15/21 - 112 p. illustré.
    ISBN : 978-9973-704-01-0
    prix de vente : 12 -


Le récit "vécu" de Cervantès, tiré du Don Quichotte. Une fresque méditerranéenne mettant en scène des personnages historiques dans des paysages réel, et une romance augurant de l’orientalisme à venir.
Comment en cette année, quatrième centenaire de la publication de L’Ingénieux Hidalgo don Quichotte de la Manche, célébrer un auteur aussi connu que Miguel de Cervantès et son roman devenu universel ? C’est en 1605, à Madrid, que paru la première édition de Don Quichotte. Le succès fut immédiat.
Depuis on compte 3.000 éditions en castillan et un nombre aussi important dans les autres langues. À l’occasion de cet anniversaire célébré partout dans le monde, c’est à découvrir un aspect peu connu de son auteur que convie cet ouvrage car les aventures de Cervantès lui-même dépassent celles de son illustre créature.
Fin XVIe siècle, tempête sur la Méditerranée ! Dans tous ses ports, sur tous ses rivages, on arme, on combat. Cervantès participe : simple soldat à la bataille de Lépante, au siège de La Goulette, captif à Alger… raconté par luimême.
Une fresque méditerranéenne mettant en scène des personnages historiques dans des paysages réels, une romance augurant de l’orientalisme à venir.


saheb    MUSTAPHA SAHEB ETTABA,
    UN HAUT DIGNITAIRE BEYLICAL DANS LA TUNISIE DU XIXe SIÈCLE
    AUTEUR : NADIA SEBAÏ.
    PRÉFACE DE EL-MOKHTAR BEY.

    parution : mars 2007
    format : 21/15 - 96 p. reliure brochée. illustré.
    ISBN 978-9973-704-04-7
    prix : 12 -
    petite collection populaire

    EPUISÉ.

L’ascension et le rôle politique d’un jeune mameluk devenu Garde du Sceau, puis Premier ministre de la Régence de Tunis, raconté par son arrière-petite-fille.
Le portrait que trace ici Nadia Sebaï de son aïeul Mustapha Saheb Ettabaa, est celui d’un grand personnage de l’histoire tunisienne du XIXe s., à la fois remarquable et méconnu. Pendant les soixante années d'exercice du pouvoir au service du pays, et sous huit beys successifs, il fut l'un des auteurs et des acteurs principaux de l'histoire de la Régence dont il incarna la réalité politique.
Pour s’être fait remarquer dès le départ par ses réelles qualités, ce jeune Géorgien arrivé en Tunisie sous le règne de Hamouda Bacha, sera placé au service des premiers du royaume et remplira la dignité de Saheb Ettabaa, garde du Sceau, dont il conserva le titre jusqu'à la fin de sa vie.
Parallèlement, et en fonction de la mise en place progressive d'une véritable organisation ministérielle, puis au moment de la promulgation du Pacte Fondamental et de la Constitution tunisienne, on le verra évoluer au sein de ces différents systèmes avec stabilité et constance, devenant premier Président du Grand Conseil, garant de la première Constitution.
Quoique appartenant à l’ancien système basé sur les relations personnelles et les intrigues de Cour, cet ancien mameluk, lui-même courtisan, premier dignitaire du Royaume, Premier ministre, “régent” du pays à deux reprises, sera ouvert aux réformes qu'il favorisera et encouragera ; cet itinéraire politique exemplaire est aussi tributaire des qualités humaines hors-pair de celui dont ses contemporains disaient qu’il “incarnait le Bien”.

Après avoir préparé le concours de l’École des Chartes de Paris, Nadia Sebaï a obtenu sa licence, sa maîtrise et son DEA d’histoire à la Sorbonne. Résidant aujourd’hui à Montréal, elle oeuvre au sein du groupe de publicitaires rattachés au grand quotidien montréalais, Le Devoir.